La résidence alternée en pratique

10 Sep, 2021

Résidence alternée : bilan pratique vingt ans après la loi du 4 mars 2002

Selon l’INSEE, seulement 12% des enfants de parents séparés sont en résidence alternée. La résidence alternée est rare chez les enfants de moins de 4 ans puis progresse régulièrement jusqu’à dix ans où elle atteint un pic (15,2%), avant de décroître à l’adolescence.

En pratique, une grande majorité des parents ne demande pas la résidence alternée.

Que dit la loi ?

même en cas de séparation, l’autorité parentale reste conjointe et continue d’être exercée par les deux parents.

• chacun des parents a le droit de maintenir des relations personnelles avec l’enfant.

• chacun des parents doit respecter les relations de l’enfant avec l’autre parent.

• il est de l’intérêt de l’enfant d’être élevé par ses deux parents.

• la résidence de l’enfant peut être fixée chez l’un des parents ou de manière alternée ; en cas de désaccord entre les parents, l’un d’eux doit saisir le juge aux affaires familiales.

• le mineur capable de discernement a le droit d’être entendu par le juge et d’être assisté par un avocat : pas d’âge minimum.

Quels sont les critères retenus pour mettre en place une résidence alternée ?

Le juge apprécie la situation au cas par cas. La résidence alternée est une option parmi d’autres : le juge fait prévaloir l’intérêt et les besoins de l’enfant et non l’égalité entre les parents.

Les critères retenus par un juge :

• pratique suivie par les parents entre la séparation et l’audience ; maintien des repères et stabilité de l’enfant.

• les sentiments exprimés par l’enfant s’il a demandé son audition au juge mais ce n’est en aucun l’enfant qui décide.

• la capacité de chacun des parents à assumer ses devoirs et à respecter les droits de l’autre parent.

• l’âge de l’enfant.

• proximité géographique : distance séparant les domiciles des parents et de l’école.

• entente entre les parents : pour certains juges, le conflit parental ne permet pas une résidence alternée.

• demander une médiation familiale.

• demander une enquête sociale, une expertise psychologique.

Est-ce obligatoirement une semaine sur deux ?

Les modalités de la résidence alternée sont fixées dans l’intérêt de l’enfant et peuvent varier d’une famille à l’autre, aussi en fonction des disponibilités des parents.

L’organisation peut aussi évoluer en fonction de l’âge de l’enfant et ne pas être nécessairement à 50-50 ; quelques exemples :

• une semaine sur deux : le passage de bras peut être le vendredi sortie école au vendredi suivant entrée école ou dimanche soir au dimanche soir suivant.

• par quinzaine : notamment pour les adolescents.

• le découpage 2-2-5-5 : l’enfant passe 2 jours avec l’un des parents, puis 2 jours avec l’autre, puis 5 jours avec le premier suivis de 5 jours avec le second.

• Le découpage 2-2 : l’enfant passe 2 nuits chez un parent puis 2 nuits avec l’autre; pour les enfants en très bas âge et quand entente entre les parents.

• Le découpage 2-2-3 : L’enfant passe 2 nuits avec l’un des parents, puis 2 nuits avec l’autre, puis 3 nuits avec le premier et la semaine suivante les 3 jours (nuitées) sont attribués au parent qui en a bénéficié la semaine précédente.

• le découpage 3-4-4-3 : l’enfant passe 3 jours (nuitées) avec l’un des parents, puis 4 jours (nuitées) avec l’autre, puis 4 jours (nuitées) avec le premier suivis de 3 jours (nuitées) avec le second.

Peut-on fixer une pension alimentaire ?

La résidence alternée n’exclut pas le paiement d’une pension alimentaire pour les enfants.

Autrement dit, même en cas de résidence alternée l’un des parents peut être tenu de payer une pension alimentaire notamment si ses revenus sont supérieurs à ceux de l’autre parent.

Quelles conséquences fiscales ?

En principe et sauf cas particulier, chaque parent bénéficie d’une demi-part fiscale ; si une pension alimentaire est payée elle n’est pas déductible.

Comment déclarer la résidence alternée auprès de la CAF ?

A la demande de l’un des parents, les allocations familiales sont de droit partagées par moitié entre les parents. Si les parents sont d’accord, les allocations familiales peuvent être versées à un seul parent.

Les autres allocations (allocation logement, allocation de rentrée scolaire, prime d’activité…) sont personnelles à chaque parent et calculées en fonction des revenus de chaque allocataire : pas de partage entre les parents séparés. Possibilité de demander une alternance annuelle des prestations CAF entre les parents séparés. En cas de litige, compétence du pôle social du tribunal (contentieux de la sécurité sociale et de l’aide sociale) et non du juge aux affaires familiales.

En conclusion

Dans la pratique, si l’intérêt de l’enfant est au cœur de la motivation des juges, de fortes disparités existent entre les décisions des juges.

Autres publications

Famille recomposée et délégation de l’autorité parentale

Pour les besoins de l’éducation de son enfant, un parent peut partager l’exercice de son autorité parentale avec un tiers et notamment son nouveau conjoint. Cette délégation-partage suppose l’accord de l’autre parent de l’enfant. (1) La délégation ne concerne que...

C’est quoi l’usufruit ?

Au cours de mes consultations, je m'aperçois que de nombreux clients se perdent entre les termes d'usufruit, de nue-propriété et d'indivision. Je propose ce petit mémo pour faire rapidement un point. La propriété peut être divisée de la manière suivante : L'usufruit...

Les violences intrafamiliales : quel traitement socio-judiciaire ?

L'ENM, Ecole Nationale de la Magistrature, m'a invitée à participer à la formation continue des juges sur le thème des violences intrafamiliales. Madame TROMELEUE, psychologue clinicienne qui travaille en collaboration avec les juges d'application des peines suite à...

Changement de nom

Un enfant reconnu par ses père et mère peut porter les noms suivants : le nom du père ou le nom de la mère ou les 2 noms accolés, séparés par un simple espace, dans l'ordre choisi par les parents, et dans la limite d'un nom de famille pour chacun d'eux. Huit enfants...

Défense et protection des personnes âgées

En ma qualité de spécialiste en droit de la famille, des personnes et du patrimoine, je suis membre de l'Institut de défense et de protection des seniors créé par le Barreau de Bordeaux. Je vous conseille, vous défends dans tous les domaines à destination des...

Pension alimentaire pour les enfants et revenus du nouveau conjoint

La jurisprudence de la Cour de Cassation est constante : la dette d'aliments est une dette personnelle de sorte que les revenus du nouveau conjoint n'ont pas à être pris en considération pour fixer la pension alimentaire concernant un enfant né d'une précédente union....

Validité du bail verbal

Un contrat de location d'habitation n'a pas à être obligatoirement écrit : un bail peut être verbal. Certes, je ne peux que vous conseiller de privilégier l'écrit et donc de signer un contrat de bail pour éviter tout conflit ultérieur. En effet, sans écrit, la...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

37, rue de Saint Genès, 33000 BORDEAUX

05 56 75 40 74

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES