PMA et loi de bioéthique du 2 août 2021

25 Août, 2021

PMA, GPA : ce qui change avec la loi de bioéthique du 2 août 2021 :

– élargissement de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes : femme en couple avec un homme ou avec une femme, femme célibataire.

droit d’accès à leurs origines aux enfants nés d’une PMA .

 

Deux femmes en couple

Avant : pas de possibilité en France de bénéficier d’une PMA ; seule possibilité : adopter l’enfant de sa femme à condition que le couple soit marié.

Depuis la loi : possibilité de bénéficier d’un don de sperme que le couple soit marié ou non ; possibilité également de bénéficier d’un don d’embryon ; frais pris en charge par la sécurité sociale ; aucun accès à l’identité du donneur ; avant la naissance, faire une reconnaissance conjointe de l’enfant devant notaire.

Une femme célibataire 

Avant : une femme seule ne pouvait pas bénéficier d’une PMA en France.

Depuis la loi : possibilité de bénéficier d’un don de sperme ou d’embryon; frais pris en charge par la sécurité sociale ; aucun accès à l’identité du donneur.

Une femme souhaite congeler ses ovocytes

Avant : la loi autorisait la conservation des ovocytes mais seulement pour des raisons médicales. Seule exception : une femme acceptant un don de ses ovocytes pouvait être autorisée à en conserver pour elle-même, sous conditions.

Depuis la loi : une femme en âge de procréer peut recourir à la conservation de ses gamètes pour réaliser une PMA ultérieurement ; les frais de stimulation et de ponction sont pris en charge par la sécurité sociale mais le coût de la conservation des ovocytes reste à la charge de la femme.

L’homme a également la possibilité de congeler ses gamètes.

Un homme et une femme ayant tous les deux des problèmes de fertilité

Avant : la loi n’autorisait la conception d’un embryon qu’avec les gamètes d’au moins l’un des membres du couple donc pas de don d’embryon en France.

Depuis la loi : le couple peut bénéficier d’un don d’embryon avec des gamètes issues d’un double don ; aucun accès à l’identité des donneurs mais le médecin peut avoir accès aux données médicales du donneur non identifiantes si besoin.

 

Un homme trans veut recourir à la PMA

La loi de bioéthique n’inclut pas les hommes transgenres dans les personnes qui peuvent recourir à la PMA.

 

Les enfants nés de dons de gamètes souhaitant connaître leurs géniteurs

Avant : principe général de l’anonymat du donneur.

Depuis la loi : le donneur (homme ou femme) qui souhaite faire un don de gamètes devra obligatoirement accepter que son identité puisse être dévoilée à l’enfant qui sera issu de ce don, lorsque celui-ci aura 18 ans et s’il en fait la demande.

Pour les enfants nés avant la loi, les anciens donneurs pourront être recontactés et auront le choix de fournir ou non leurs coordonnées.

Deux hommes en couple souhaitent avoir un enfant

La gestation pour autrui reste toujours interdite en France.

Seule l’adoption plénière de l’enfant du mari est possible si la mère porteuse ne figure pas sur l’acte de naissance.

La Cour de cassation permet la transcription sur les registres d’état civil français de l’acte de naissance étranger mentionnant les deux pères.

LOI n° 2021-1017 du 2 août 2021 relative à la bioéthique

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043884384?fbclid=IwAR3iMkjZ85h1lJkpzIQqXwWOgiWPnAuxN_UlPBuB1PjWU-0FGyspC9yQkiw

GPA : où se place l’intérêt de l’enfant entre réalité biologique et réalité affective ?

 

 

 

 

Autres publications

Droit de la Famille en Europe

En ma qualité d'avocat spécialiste en droit de la famille, j'interviens au colloque droit de la famille et droit européen organisé par le Barreau de Bordeaux et la Cour d'appel de Bordeaux avec l'intervention du réseau judiciaire européen. Au-delà des couples mixtes,...

Encadrement des loyers à Bordeaux

Depuis le 15 juillet 2022, les loyers des logements mis en location sur Bordeaux doivent respecter des valeurs de référence fixées chaque année par arrêté préfectoral. (1) (2) Cette nouvelle obligation s'applique aux baux signés à compter du 15 juillet 2022 : 1ère...

COVID : fin de l’état d’urgence sanitaire

La loi du 30 juillet 2022 a mis fin aux régimes d'exception de lutte contre l'épidémie mais prévoit la possibilité d'imposer aux personnes de plus de 12 ans la présentation d'un test COVID négatif lorsqu'elles voyagent depuis l'étranger vers la France ou vers la...

Seniors et droit à l’autonomie

Le Barreau de Bordeaux a organisé le 16 juin 2022 un colloque sur le droit à l'autonomie des seniors. En ma qualité d'avocat spécialiste et membre de l'Institut de défense et de protection des seniors, j'ai présenté les outils juridiques permettant d'anticiper et vous...

Hospitalisation et soins psychiatriques sans consentement

Depuis 2011, j'interviens aux côtés des personnes vulnérables et de leur famille pour faire valoir leurs droits en cas d'hospitalisation et soins psychiatriques sous contrainte donc sans consentement. J'ai assisté à ce colloque organisé en partenariat avec l'école...

L’état de la justice en France

Retrouvez mon article famille je vous tais dans le troisième numéro de la revue des libertés fondamentales du Barreau de Bordeaux consacré à l'état de la justice en France en 2022. Un constat sans appel, la justice va mal : - les prisons sont surpeuplées, - les délais...

La justice restaurative

La justice retaurative intervient en complément de la justice pénale et permet à des auteurs et des victimes d'infractions d'échanger sur les répercussions de l'acte. Auteurs et victimes se retrouvent dans un lieu sécurisé en présence d'un tiers neutre et formé. Il ne...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

37, rue de Saint Genès, 33000 BORDEAUX

05 56 24 62 11

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES