PMA et loi de bioéthique du 2 août 2021

25 Août, 2021

PMA, GPA : ce qui change avec la loi de bioéthique du 2 août 2021 :

– élargissement de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes : femme en couple avec un homme ou avec une femme, femme célibataire.

droit d’accès à leurs origines aux enfants nés d’une PMA .

 

Deux femmes en couple

Avant : pas de possibilité en France de bénéficier d’une PMA ; seule possibilité : adopter l’enfant de sa femme à condition que le couple soit marié.

Depuis la loi : possibilité de bénéficier d’un don de sperme que le couple soit marié ou non ; possibilité également de bénéficier d’un don d’embryon ; frais pris en charge par la sécurité sociale ; aucun accès à l’identité du donneur ; avant la naissance, faire une reconnaissance conjointe de l’enfant devant notaire.

Une femme célibataire 

Avant : une femme seule ne pouvait pas bénéficier d’une PMA en France.

Depuis la loi : possibilité de bénéficier d’un don de sperme ou d’embryon; frais pris en charge par la sécurité sociale ; aucun accès à l’identité du donneur.

Une femme souhaite congeler ses ovocytes

Avant : la loi autorisait la conservation des ovocytes mais seulement pour des raisons médicales. Seule exception : une femme acceptant un don de ses ovocytes pouvait être autorisée à en conserver pour elle-même, sous conditions.

Depuis la loi : une femme en âge de procréer peut recourir à la conservation de ses gamètes pour réaliser une PMA ultérieurement ; les frais de stimulation et de ponction sont pris en charge par la sécurité sociale mais le coût de la conservation des ovocytes reste à la charge de la femme.

L’homme a également la possibilité de congeler ses gamètes.

Un homme et une femme ayant tous les deux des problèmes de fertilité

Avant : la loi n’autorisait la conception d’un embryon qu’avec les gamètes d’au moins l’un des membres du couple donc pas de don d’embryon en France.

Depuis la loi : le couple peut bénéficier d’un don d’embryon avec des gamètes issues d’un double don ; aucun accès à l’identité des donneurs mais le médecin peut avoir accès aux données médicales du donneur non identifiantes si besoin.

 

Un homme trans veut recourir à la PMA

La loi de bioéthique n’inclut pas les hommes transgenres dans les personnes qui peuvent recourir à la PMA.

 

Les enfants nés de dons de gamètes souhaitant connaître leurs géniteurs

Avant : principe général de l’anonymat du donneur.

Depuis la loi : le donneur (homme ou femme) qui souhaite faire un don de gamètes devra obligatoirement accepter que son identité puisse être dévoilée à l’enfant qui sera issu de ce don, lorsque celui-ci aura 18 ans et s’il en fait la demande.

Pour les enfants nés avant la loi, les anciens donneurs pourront être recontactés et auront le choix de fournir ou non leurs coordonnées.

Deux hommes en couple souhaitent avoir un enfant

La gestation pour autrui reste toujours interdite en France.

Seule l’adoption plénière de l’enfant du mari est possible si la mère porteuse ne figure pas sur l’acte de naissance.

La Cour de cassation permet la transcription sur les registres d’état civil français de l’acte de naissance étranger mentionnant les deux pères.

LOI n° 2021-1017 du 2 août 2021 relative à la bioéthique

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043884384?fbclid=IwAR3iMkjZ85h1lJkpzIQqXwWOgiWPnAuxN_UlPBuB1PjWU-0FGyspC9yQkiw

GPA : où se place l’intérêt de l’enfant entre réalité biologique et réalité affective ?

 

 

 

 

Autres publications

Trouble anormal de voisinage

📕 l’article 1253 du code civil issu de la loi n°2024-346 du 15 avril 2024 consacre la responsabilité de plein droit du fait des troubles anormaux de voisinage   ⚖️ la responsabilité de droit signifie qu’il est inutile de prouver la faute du voisin. Dès lors que...

loi de finances 2024 : les principales mesures concernant les particuliers

🔹indexation et donc revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu et des seuils correspondants de 4,8 %🔹 chaque membre d’un couple soumis à imposition commune bénéficie d’un taux individualisé de prélèvement à la source 🔹prorogations des dispositifs de faveur et...

Droit à l’image de l’enfant et vie privée

En moyenne, un enfant apparaît sur 1 300 photographies publiées en ligne avant l’âge de 13 ans si on regroupe ses comptes propres, ceux de ses parents ou de ses proches. La publication sur les comptes des parents d'images, de vidéos relatives à leurs enfants, en...

L’obligation de démarches amiables avant un procès

 Tenter une démarche amiable avant d'engager un procès est une démarche quasi obligatoire imposée par loi sous peine d'irrecevabilité de la demande. 👉 la TMFPO : tentative de médiation familiale préalable obligatoire avant de saisir le juge aux affaires familiales si...

La procédure d’adoption

Ravie d'être intervenue aux Etats Généraux du droit de la famille 2024 organisés par le Conseil National des Barreaux où se sont inscrits près de 2000 avocats, pour leur expliquer les dernières réformes en matière d'adoption. La loi du 21 février 2022 a ouvert...

Il n’y a pas d’âge pour avoir un avocat

l'enfant a le droit d'être assisté par un avocat et a le droit de le choisir, même sans l'accord de ses parents les avocats protègent et défendent les droits et intérêts des enfants, de tous les enfants qu'ils soient victimes, auteurs ou témoins ⚠️l’avocat est celui...

La nouvelle audience de règlement amiable

L'audience de règlement amiable dite ARA entrée en vigueur depuis 1ier novembre 2023 quand à lieu cette audience❓👉 en cours de procès : un juge doit être déjà saisi👉 dans les litiges qui concernent des droits dont les parties ont la libre disposition 👉à la demande des...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

121, cours d'Alsace et Lorraine, 33000 BORDEAUX

05 56 75 40 74

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES