Depuis le 1ier janvier 2021, la procédure de divorce devant le juge aux affaires familiales a changé.

Avant 2021 : un divorce judiciaire devant le juge aux affaires familiales se déroulait en plusieurs étapes :

• saisine du juge par un seul époux par voie de requête en divorce sans mentionner les causes du divorce ;

• une audience de tentative de conciliation en présence des deux époux, aux termes de laquelle le juge fixe les mesures provisoires applicables pendant la procédure de divorce concernant notamment le logement de la famille, le paiement des crédits, les pensions alimentaires, les enfants (…) ;

• obligation pour les époux de ressaisir le juge pour qu’il prononce le divorce et statue sur les conséquences financières et personnelles du divorce : prestation compensatoire, éventuellement liquidation des intérêts patrimoniaux, mesures concernant les enfants (…) ;

• si l’un des époux refuse de divorcer, l’autre est obligé d’attendre pour divorcer deux ans de séparation et plus précisément deux ans de cessation de cohabitation et de collaboration, sauf divorce pour faute.

Depuis le 1ier janvier 2021, la procédure du divorce judiciaire est modifiée :

• le juge aux affaires familiales est saisi une seule fois pour toute la procédure et n’a donc plus à être ressaisi en cours de procédure ; le juge est saisi soit par requête conjointe si les deux époux sont d’accord pour divorcer soit par assignation à la demande d’un seul époux ;

• l’audience de conciliation est remplacée par l’audience d’orientation sur mesures provisoires au cours de laquelle la présence des époux n’est plus obligatoire ; cette audience peut d’ailleurs ne pas avoir lieu si aucune mesure provisoire n’est demandée ;

• les avocats échangent par écrit leurs arguments et se communiquent tous les justificatifs. Lorsque le dossier est prêt à être jugé, le juge statue sur les demandes des époux et rend le jugement de divorce ;

• si l’un des époux refuse de divorcer, le délai de séparation au terme duquel le divorce peut être prononcé est désormais de 1 an.

J’ATTIRE VOTRE ATTENTION :

Ce qui ne change pas :

 il existe toujours deux possibilités pour divorcer :

* le divorce par consentement mutuel qui est un acte rédigé par les avocats et signé par les deux époux en présence de leurs avocats ;

* le divorce judiciaire devant le juge aux affaires familiales.

quelle que soit la procédure de divorce envisagée, chaque époux doit avoir son propre avocat. La loi ne permet pas aux époux d’être assistés par le même avocat.

la loi encourage les accords amiables, la médiation.

le juge qui prononce le divorce ne tranche pas obligatoirement toutes les questions relatives à la liquidation et au partage des intérêts patrimoniaux. Cela signifie que les époux peuvent être divorcés tout en restant en indivision sur un bien immobilier ou en n’ayant pas réglé les flux d’argent entre eux (récompenses, créances…). Ces situations concernent essentiellement les époux qui n’ont pas trouvé d’accord amiable sur le plan financier.

L’application de la loi dans le temps : toutes les procédures judiciaires de divorce engagées avant le 1ier janvier 2021 continuent d’être jugées sous l’empire de la loi ancienne c’est-à-dire que la réforme du divorce ne concerne pas les procédures de divorce déjà en cours engagées avant le 1ier janvier 2021.

Le législateur a annoncé un divorce judiciaire plus simple et plus rapide. En réalité, quelle que soit la procédure de divorce envisagée, le temps de la procédure dépend de la situation personnelle et patrimoniale des époux et du temps dont ils ont besoin pour réunir les pièces permettant de réaliser un audit de leur situation, pour concrétiser des accords et liquider leurs intérêts patrimoniaux.

Je suis à vos côtés durant toute la procédure de divorce et à l’écoute de vos attentes et de ce qui est important pour vous.

 

 

loi n°2019-222 du 23 mars 2019

décret n°2019-1380 du 17 décembre 2109

décret n°2020-1452 du 27 novembre 2020

 

 

 

 

Autres publications

Il n’y a pas d’âge pour avoir un avocat

l'enfant a le droit d'être assisté par un avocat et a le droit de le choisir, même sans l'accord de ses parents les avocats protègent et défendent les droits et intérêts des enfants, de tous les enfants qu'ils soient victimes, auteurs ou témoins ⚠️l’avocat est celui...

La nouvelle audience de règlement amiable

L'audience de règlement amiable dite ARA entrée en vigueur depuis 1ier novembre 2023 quand à lieu cette audience❓👉 en cours de procès : un juge doit être déjà saisi👉 dans les litiges qui concernent des droits dont les parties ont la libre disposition 👉à la demande des...

Succession : distinguer cadeau et don manuel

les faits : de le leur vivant, les parents de Paul ont régulièrement donné de l’argent, fait des cadeaux  à son frère/sa sœur. ⚰️ ouverture de la succession, demande de Paul : il s’agit de donations déguisées qui doivent être rapportées au moment de la succession....

Droit et Handicap

Droit et Handicap : première édition à Bordeaux le 17 octobre 2023 Les Avocats, l'Ecole Nationale de la Magistrature et la Mairie de Bordeaux se sont associés pour organiser la première édition sur les droits des personnes qui souffrent d'un handicap : comprendre les...

Conjuguer secret médical et dénonciation de violences

Médecins et professionnels de santé arrêtez d’avoir peur de dénoncer les violences intrafamiliales. Comment concilier secret médical et obligation de signaler ? 👩‍⚕️👨🏻‍⚕️quel médecin n'a pas rencontré dans sa pratique professionnelle des enfants et des adultes...

Protéger le patrimoine de l’enfant mineur

Le patrimoine du mineur est obligatoirement géré par ses représentants légaux donc ses parents dans la plus part des cas sauf à désigner un administrateur en cas de conflits d'intérêts entre le mineur et ses parents. De leur vivant, les parents peuvent désigner un...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

121, cours d'Alsace et Lorraine, 33000 BORDEAUX

05 56 75 40 74

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES