Résidence alternée : bilan pratique vingt ans après la loi du 4 mars 2002

Selon l’INSEE, seulement 12% des enfants de parents séparés sont en résidence alternée. La résidence alternée est rare chez les enfants de moins de 4 ans puis progresse régulièrement jusqu’à dix ans où elle atteint un pic (15,2%), avant de décroître à l’adolescence.

En pratique, une grande majorité des parents ne demande pas la résidence alternée.

Que dit la loi ?

même en cas de séparation, l’autorité parentale reste conjointe et continue d’être exercée par les deux parents.

• chacun des parents a le droit de maintenir des relations personnelles avec l’enfant.

• chacun des parents doit respecter les relations de l’enfant avec l’autre parent.

• il est de l’intérêt de l’enfant d’être élevé par ses deux parents.

• la résidence de l’enfant peut être fixée chez l’un des parents ou de manière alternée ; en cas de désaccord entre les parents, l’un d’eux doit saisir le juge aux affaires familiales.

• le mineur capable de discernement a le droit d’être entendu par le juge et d’être assisté par un avocat : pas d’âge minimum.

Quels sont les critères retenus pour mettre en place une résidence alternée ?

Le juge apprécie la situation au cas par cas. La résidence alternée est une option parmi d’autres : le juge fait prévaloir l’intérêt et les besoins de l’enfant et non l’égalité entre les parents.

Les critères retenus par un juge :

• pratique suivie par les parents entre la séparation et l’audience ; maintien des repères et stabilité de l’enfant.

• les sentiments exprimés par l’enfant s’il a demandé son audition au juge mais ce n’est en aucun l’enfant qui décide.

• la capacité de chacun des parents à assumer ses devoirs et à respecter les droits de l’autre parent.

• l’âge de l’enfant.

• proximité géographique : distance séparant les domiciles des parents et de l’école.

• entente entre les parents : pour certains juges, le conflit parental ne permet pas une résidence alternée.

• demander une médiation familiale.

• demander une enquête sociale, une expertise psychologique.

Est-ce obligatoirement une semaine sur deux ?

Les modalités de la résidence alternée sont fixées dans l’intérêt de l’enfant et peuvent varier d’une famille à l’autre, aussi en fonction des disponibilités des parents.

L’organisation peut aussi évoluer en fonction de l’âge de l’enfant et ne pas être nécessairement à 50-50 ; quelques exemples :

• une semaine sur deux : le passage de bras peut être le vendredi sortie école au vendredi suivant entrée école ou dimanche soir au dimanche soir suivant.

• par quinzaine : notamment pour les adolescents.

• le découpage 2-2-5-5 : l’enfant passe 2 jours avec l’un des parents, puis 2 jours avec l’autre, puis 5 jours avec le premier suivis de 5 jours avec le second.

• Le découpage 2-2 : l’enfant passe 2 nuits chez un parent puis 2 nuits avec l’autre; pour les enfants en très bas âge et quand entente entre les parents.

• Le découpage 2-2-3 : L’enfant passe 2 nuits avec l’un des parents, puis 2 nuits avec l’autre, puis 3 nuits avec le premier et la semaine suivante les 3 jours (nuitées) sont attribués au parent qui en a bénéficié la semaine précédente.

• le découpage 3-4-4-3 : l’enfant passe 3 jours (nuitées) avec l’un des parents, puis 4 jours (nuitées) avec l’autre, puis 4 jours (nuitées) avec le premier suivis de 3 jours (nuitées) avec le second.

Peut-on fixer une pension alimentaire ?

La résidence alternée n’exclut pas le paiement d’une pension alimentaire pour les enfants.

Autrement dit, même en cas de résidence alternée l’un des parents peut être tenu de payer une pension alimentaire notamment si ses revenus sont supérieurs à ceux de l’autre parent.

Quelles conséquences fiscales ?

En principe et sauf cas particulier, chaque parent bénéficie d’une demi-part fiscale ; si une pension alimentaire est payée elle n’est pas déductible.

Comment déclarer la résidence alternée auprès de la CAF ?

A la demande de l’un des parents, les allocations familiales sont de droit partagées par moitié entre les parents. Si les parents sont d’accord, les allocations familiales peuvent être versées à un seul parent.

Les autres allocations (allocation logement, allocation de rentrée scolaire, prime d’activité…) sont personnelles à chaque parent et calculées en fonction des revenus de chaque allocataire : pas de partage entre les parents séparés. Possibilité de demander une alternance annuelle des prestations CAF entre les parents séparés. En cas de litige, compétence du pôle social du tribunal (contentieux de la sécurité sociale et de l’aide sociale) et non du juge aux affaires familiales.

En conclusion

Dans la pratique, si l’intérêt de l’enfant est au cœur de la motivation des juges, de fortes disparités existent entre les décisions des juges.

Autres publications

KCL, un cabinet d’avocats humanistes

Kristell Compain-Lecroisey, un cabinet ancré dans la cité, dans la réalité du quotidien des justiciables. Mon engagement personnel me conduit à initier et soutenir des missions et actes favorisant l’accès au droit des personnes les plus fragiles. J'ai ainsi participé...

PACS : choisir entre séparation de biens et indivision

💡 PACS :  quel régime choisir ? Le pacte civil de solidarité est un contrat conclu entre deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe , pour organiser leur vie commune. (articles 515-1 et suivants du code civil) En principe la déclaration du...

Trouble anormal de voisinage

📕 l’article 1253 du code civil issu de la loi n°2024-346 du 15 avril 2024 consacre la responsabilité de plein droit du fait des troubles anormaux de voisinage   ⚖️ la responsabilité de droit signifie qu’il est inutile de prouver la faute du voisin. Dès lors que...

loi de finances 2024 : les principales mesures concernant les particuliers

🔹indexation et donc revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu et des seuils correspondants de 4,8 %🔹 chaque membre d’un couple soumis à imposition commune bénéficie d’un taux individualisé de prélèvement à la source 🔹prorogations des dispositifs de faveur et...

Droit à l’image de l’enfant et vie privée

En moyenne, un enfant apparaît sur 1 300 photographies publiées en ligne avant l’âge de 13 ans si on regroupe ses comptes propres, ceux de ses parents ou de ses proches. La publication sur les comptes des parents d'images, de vidéos relatives à leurs enfants, en...

L’obligation de démarches amiables avant un procès

 Tenter une démarche amiable avant d'engager un procès est une démarche quasi obligatoire imposée par loi sous peine d'irrecevabilité de la demande. 👉 la TMFPO : tentative de médiation familiale préalable obligatoire avant de saisir le juge aux affaires familiales si...

avocat-specialiste

121, cours d'Alsace et Lorraine, 33000 BORDEAUX

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

05 56 75 40 74 / kristell.compain-lecroisey@avocat.fr

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES