La prestation compensatoire, c’est quoi ?

2 Avr, 2021

La prestation compensatoire est une prestation financière qui peut être accordée à l’un des époux au moment du prononcé du divorce pour compenser la disparité que la rupture du mariage crée dans les conditions de vie respectives des époux. Concrètement, si à cause du divorce l’un des époux se retrouve dans une situation financière inférieure à celle de l’autre époux, il peut demander une compensation appelée prestation compensatoire.

La prestation compensatoire ne doit pas être confondue avec la pension alimentaire qui peut être payée par l’un des époux à l’autre durant la procédure de divorce au titre du devoir de secours. Cette pension alimentaire s’arrête lorsque le divorce est prononcé. La prestation compensatoire est accordée lorsque le divorce est prononcé et pas pendant la procédure de divorce.

La prestation compensatoire est fixée selon les besoins de l’époux à qui elle est versée et les ressources de l’autre en tenant compte de la situation des parties au moment du divorce et de l’évolution de celle-ci dans un avenir prévisible. Il n’y a pas de barème pour fixer le montant de la prestation compensatoire. Pour fixer ce montant le juge prend en considération notamment les critères suivants :

– la durée du mariage : la période de vie commune avant le mariage n’est pas prise en compte par le juge ; par exemple si vous avez vécu 10 ans ensemble de 2000 à 2010 puis que vous vous êtes mariés en 2010 et que vous divorcez en 2015, le juge retiendra une durée de vie maritale de 5 ans et non de 15 ans et même si vous avez cessé de travailler entre 2000 et 2010 pour élever les enfants.

– l’âge et l’état de santé des époux ;

– leur qualification et leur situation professionnelles ;

– les conséquences des choix professionnels faits par l’un des époux pendant la vie commune pour l’éducation des enfants et du temps qu’il faudra encore y consacrer ou pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne ;

– le patrimoine estimé ou prévisible des époux, tant en capital qu’en revenu, après la liquidation du régime matrimonial ;

– leurs droits existants et prévisibles ;

– leur situation respective en matière de pensions de retraite en ayant estimé, autant qu’il est possible, la diminution des droits à retraite qui aura pu être causée notamment par le fait d’avoir cessé de travailler ou d’avoir travaillé à temps partiel pour élever les enfants ou pour favoriser la carrière de l’autre conjoint.

La prestation compensatoire est en général une somme d’agent payée en une seule fois sous forme d’un capital au moment du prononcé du divorce. Si le capital ne peut pas être payé en une seule fois, la loi prévoit un paiement sur 8 ans maximum. Plus rarement, la prestation compensatoire peut être une rente viagère payée tous les mois si l’un des époux est âgé et/ou en mauvaise santé. Mais la prestation compensatoire n’est pas nécessairement une somme d’argent : elle peut consister en l’attribution à l’époux d’un bien en propriété ou d’un droit temporaire d’usage ou d’habitation ou d’usufruit. Le choix des modalités de paiement a des conséquences fiscales.

La prestation compensatoire n’est pas obligatoire et même s’il y a droit, un époux peut ne pas demander de prestation compensatoire.

Le montant moyen en France d’une prestation compensatoire est de l’ordre de 20.000 euros. L’étude de la jurisprudence révèle une appréciation relativement sévère des juges qui sont réticents à fixer des montants élevés, surtout lorsque le marige n’a pas duré longtemps, que les époux sont en âge de travailler et qu’aucun ne peut justifier d’un sacrifice de carrière professionnelle.

 

 

 

 

Autres publications

Droit à l’image de l’enfant et vie privée

En moyenne, un enfant apparaît sur 1 300 photographies publiées en ligne avant l’âge de 13 ans si on regroupe ses comptes propres, ceux de ses parents ou de ses proches. La publication sur les comptes des parents d'images, de vidéos relatives à leurs enfants, en...

L’obligation de démarches amiables avant un procès

 Tenter une démarche amiable avant d'engager un procès est une démarche quasi obligatoire imposée par loi sous peine d'irrecevabilité de la demande. 👉 la TMFPO : tentative de médiation familiale préalable obligatoire avant de saisir le juge aux affaires familiales si...

La procédure d’adoption

Ravie d'être intervenue aux Etats Généraux du droit de la famille 2024 organisés par le Conseil National des Barreaux où se sont inscrits près de 2000 avocats, pour leur expliquer les dernières réformes en matière d'adoption. La loi du 21 février 2022 a ouvert...

Il n’y a pas d’âge pour avoir un avocat

l'enfant a le droit d'être assisté par un avocat et a le droit de le choisir, même sans l'accord de ses parents les avocats protègent et défendent les droits et intérêts des enfants, de tous les enfants qu'ils soient victimes, auteurs ou témoins ⚠️l’avocat est celui...

La nouvelle audience de règlement amiable

L'audience de règlement amiable dite ARA entrée en vigueur depuis 1ier novembre 2023 quand à lieu cette audience❓👉 en cours de procès : un juge doit être déjà saisi👉 dans les litiges qui concernent des droits dont les parties ont la libre disposition 👉à la demande des...

Succession : distinguer cadeau et don manuel

les faits : de le leur vivant, les parents de Paul ont régulièrement donné de l’argent, fait des cadeaux  à son frère/sa sœur. ⚰️ ouverture de la succession, demande de Paul : il s’agit de donations déguisées qui doivent être rapportées au moment de la succession....

Droit et Handicap

Droit et Handicap : première édition à Bordeaux le 17 octobre 2023 Les Avocats, l'Ecole Nationale de la Magistrature et la Mairie de Bordeaux se sont associés pour organiser la première édition sur les droits des personnes qui souffrent d'un handicap : comprendre les...

Conjuguer secret médical et dénonciation de violences

Médecins et professionnels de santé arrêtez d’avoir peur de dénoncer les violences intrafamiliales. Comment concilier secret médical et obligation de signaler ? 👩‍⚕️👨🏻‍⚕️quel médecin n'a pas rencontré dans sa pratique professionnelle des enfants et des adultes...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

121, cours d'Alsace et Lorraine, 33000 BORDEAUX

05 56 75 40 74

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES