Divorce, rupture de PACS et solidarité fiscale : une bonne nouvelle ?

5 Jan, 2022

Le principe de solidarité fiscale : en cas de divorce ou rupture de PACS, les ex-conjoints/partenaires restent solidaires des dettes fiscales apparues pendant le mariage ou pendant l »union pacsée.

Concrètement, si l’un ne paye pas, l’autre peut être poursuivi par l’administration pour payer la totalité de la dette; il pourra éventuellement se retourner ensuite contre son ex-époux/ex-partenaire.

Certaines circonstances peuvent faire peser injustement une dette fiscale sur l’un des deux époux bien après la fin de la vie commune : décès de l’ex conjoint, réintégration par le fisc de revenus qui peuvent avoir été dissimulés , insolvabilité organisée de l’ex‑conjoint…

 

Le droit à la décharge en responsabilité solidaire : après la rupture, l’un des conjoints peut demander à l’administration fiscale à être désolidarisé de toute dette si trois conditions sont remplies :

– la rupture de la vie commune,

– le respect des obligations fiscales du demandeur : donc être à jour du paiement de ses impôts,

– prouver la disproportion entre la dette fiscale et la situation financière et patrimoniale du demandeur : la dette est trop élevée par rapport à sa situation financière.

 

La pratique de l’administration fiscale : pour refuser la désolidarisation, le fisc a tendance à apprécier la capacité de paiement sur une durée très longue pouvant aller jusqu’à 10 ans, plaçant ainsi l’ex-conjoint/partenaire qui travaille à être obligé de payer tous les mois pendant 10 ans les dettes fiscales de l’ex-conjoint indélicat qui en plus a cessé de travailler.

 

La loi de finances 2022 : désormais l’administration fiscale doit évaluer la capacité de remboursement sur une durée maximale de trois années. Concrètement, si la dette est trop lourde à payer même avec un échelonnement sur 3 ans, l’ex-conjoint/partenaire pourra être désolidarisé.

(1) article 139 de la loi n°2021-1900 du 30 décembre 2021 de finances pour 2022

https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000044637640

 

Autres publications

Famille recomposée et délégation de l’autorité parentale

Pour les besoins de l’éducation de son enfant, un parent peut partager l’exercice de son autorité parentale avec un tiers et notamment son nouveau conjoint. Cette délégation-partage suppose l’accord de l’autre parent de l’enfant. (1) La délégation ne concerne que...

C’est quoi l’usufruit ?

Au cours de mes consultations, je m'aperçois que de nombreux clients se perdent entre les termes d'usufruit, de nue-propriété et d'indivision. Je propose ce petit mémo pour faire rapidement un point. La propriété peut être divisée de la manière suivante : L'usufruit...

Les violences intrafamiliales : quel traitement socio-judiciaire ?

L'ENM, Ecole Nationale de la Magistrature, m'a invitée à participer à la formation continue des juges sur le thème des violences intrafamiliales. Madame TROMELEUE, psychologue clinicienne qui travaille en collaboration avec les juges d'application des peines suite à...

Changement de nom

Un enfant reconnu par ses père et mère peut porter les noms suivants : le nom du père ou le nom de la mère ou les 2 noms accolés, séparés par un simple espace, dans l'ordre choisi par les parents, et dans la limite d'un nom de famille pour chacun d'eux. Huit enfants...

Défense et protection des personnes âgées

En ma qualité de spécialiste en droit de la famille, des personnes et du patrimoine, je suis membre de l'Institut de défense et de protection des seniors créé par le Barreau de Bordeaux. Je vous conseille, vous défends dans tous les domaines à destination des...

Pension alimentaire pour les enfants et revenus du nouveau conjoint

La jurisprudence de la Cour de Cassation est constante : la dette d'aliments est une dette personnelle de sorte que les revenus du nouveau conjoint n'ont pas à être pris en considération pour fixer la pension alimentaire concernant un enfant né d'une précédente union....

Validité du bail verbal

Un contrat de location d'habitation n'a pas à être obligatoirement écrit : un bail peut être verbal. Certes, je ne peux que vous conseiller de privilégier l'écrit et donc de signer un contrat de bail pour éviter tout conflit ultérieur. En effet, sans écrit, la...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

37, rue de Saint Genès, 33000 BORDEAUX

05 56 75 40 74

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES