Séparation, logement et soulte

20 Déc, 2021

Lors d’une séparation, d’un divorce, lorsque les ex-partenaires/ex-époux sont co-propriétaires d’un bien immobilier, qui est le plus souvent l’ancien logement, trois options possibles :

  • garder le bien en indivision et signer une convention d’indivision ;
  • vendre le bien : chaque partenaire/époux récupère la part due en fonction du contrat/régime matrimonial choisi ;
  • l’un des partenaire/époux va conserver le bien : il rachète les droits de l’autre et peut avoir à lui payer une soulte.

La soulte, c’est quoi ?

L’ex qui veut conserver le bien va devenir l’unique propriétaire et donc racheter la part de l’autre ex : c’est ce qu’on appelle la soulte.

Comment calculer la soulte ?

Il convient de déterminer la valeur du bien, les éventuelles créances et récompenses des époux/partenaires.

La valeur du bien peut être déterminée à l’amiable en faisant appel à plusieurs agences immobilières ou à un expert immobilier.

En cas de désaccord, l’un des ex-partenaires/époux peut demander une médiation puis en cas de désaccord persistant saisir le tribunal pour ordonner une expertise immobilière judiciaire.

En cas d’apports personnels faits par l’un des partenaires/époux et/ou réalisation de travaux, améliorations du bien, des créances ou récompenses peuvent s’ajouter.

Quid du crédit en cours ?

L’ ex-partenaire/époux qui veut acquérir la pleine propriété du bien doit bien vérifier sa capacité financière avant toute demande d’attribution : en plus de la soulte, il devra prendre à sa charge le solde du crédit immobilier en cours.

Le partenaire/l’époux qui vend sa part doit veiller à être désolidarisé du crédit immobilier souscrit solidairement.

 

Pour toute question relative à la liquidation d’un bien commun, je vous renvoie à mon article précédent : comment sortir d’une indivision? https://avocatcompainlecroisey.com/comment-sortir-dune-indivision

 

 

 

 

 

 

 

Autres publications

Famille recomposée et délégation de l’autorité parentale

Pour les besoins de l’éducation de son enfant, un parent peut partager l’exercice de son autorité parentale avec un tiers et notamment son nouveau conjoint. Cette délégation-partage suppose l’accord de l’autre parent de l’enfant. (1) La délégation ne concerne que...

C’est quoi l’usufruit ?

Au cours de mes consultations, je m'aperçois que de nombreux clients se perdent entre les termes d'usufruit, de nue-propriété et d'indivision. Je propose ce petit mémo pour faire rapidement un point. La propriété peut être divisée de la manière suivante : L'usufruit...

Les violences intrafamiliales : quel traitement socio-judiciaire ?

L'ENM, Ecole Nationale de la Magistrature, m'a invitée à participer à la formation continue des juges sur le thème des violences intrafamiliales. Madame TROMELEUE, psychologue clinicienne qui travaille en collaboration avec les juges d'application des peines suite à...

Changement de nom

Un enfant reconnu par ses père et mère peut porter les noms suivants : le nom du père ou le nom de la mère ou les 2 noms accolés, séparés par un simple espace, dans l'ordre choisi par les parents, et dans la limite d'un nom de famille pour chacun d'eux. Huit enfants...

Défense et protection des personnes âgées

En ma qualité de spécialiste en droit de la famille, des personnes et du patrimoine, je suis membre de l'Institut de défense et de protection des seniors créé par le Barreau de Bordeaux. Je vous conseille, vous défends dans tous les domaines à destination des...

Pension alimentaire pour les enfants et revenus du nouveau conjoint

La jurisprudence de la Cour de Cassation est constante : la dette d'aliments est une dette personnelle de sorte que les revenus du nouveau conjoint n'ont pas à être pris en considération pour fixer la pension alimentaire concernant un enfant né d'une précédente union....

Validité du bail verbal

Un contrat de location d'habitation n'a pas à être obligatoirement écrit : un bail peut être verbal. Certes, je ne peux que vous conseiller de privilégier l'écrit et donc de signer un contrat de bail pour éviter tout conflit ultérieur. En effet, sans écrit, la...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

37, rue de Saint Genès, 33000 BORDEAUX

05 56 75 40 74

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES