Dans un article précédent, je vous ai expliqué ce qu’est la prestation compensatoire.

Il n’y a pas de barème pour fixer le montant de la prestation compensatoire. Le juge prend en compte différents critères dont : « l’âge et l’état de santé des époux; leur qualification et leur situation professionnelles; les conséquences des choix professionnels faits par l’un des époux pendant la vie commune pour l’éducation des enfants ou pour favoriser la carrière de son conjoint au détriment de la sienne. »

Comment apprécier la disparité financière au moment du divorce lorsque cette disparité existait déjà avant le mariage ? Prenons l’exemple de Camille et Dominique qui sont mariés depuis 10 ans. Avant son mariage, Camille était déjà auxiliaire de vie et percevait un salaire équivalent au SMIC. Au moment du divorce, Camille exerce toujours le même métier avec un salaire qui n’a pas beaucoup augmenté. Dominique était infirmier avant le mariage avec un salaire supérieur. Au moment du divorce, Dominique exerce en cabinet libéral et ses revenus ont augmenté. Il refuse de payer une prestation compensatoire à Camille aux motifs que le divorce n’est pas une cause de disparité de revenus puisque cette disparité existait avant le mariage. Faux répond le juge : la loi ne lui permet pas de se fonder sur des circonstances antérieures au mariage telles que l’appartenance de chaque époux à une catégorie socio-professionnelle différente. Le juge accorde donc une prestation compensatoire à Camille. (1)

Dans un arrêt du 3 mars 2021, la Cour de cassation confirme que le juge ne peut pas se fonder sur des circonstances antérieures au mariage pour fixer la prestation compensatoire. Dans ce dossier, l’épouse qui était déjà invalide avant son mariage avait besoin de soins médicaux onéreux non pris en charge par les organismes sociaux. La Cour d’appel refuse sa demande de prestation compensatoire aux motifs que les charges paramédicales n’étaient pas imposées par le divorce et préexistaient au mariage. La Cour de Cassation casse et annule cet arrêt.

En conclusion, la Cour de cassation veille à maintenir le mariage comme une institution, et non un simple contrat, où les valeurs de secours et de protection sont accordées aux conjoints les plus fragiles.

 

La prestation compensatoire, c’est quoi ?

(1) Cass.1ière Civ. 8 juillet 2020 n°18-26101

(2) Cass.1ière Civ. 3 mars 2021 n°19-24717

 

 

Autres publications

KCL, un cabinet d’avocats humanistes

Kristell Compain-Lecroisey, un cabinet ancré dans la cité, dans la réalité du quotidien des justiciables. Mon engagement personnel me conduit à initier et soutenir des missions et actes favorisant l’accès au droit des personnes les plus fragiles. J'ai ainsi participé...

PACS : choisir entre séparation de biens et indivision

💡 PACS :  quel régime choisir ? Le pacte civil de solidarité est un contrat conclu entre deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe , pour organiser leur vie commune. (articles 515-1 et suivants du code civil) En principe la déclaration du...

Trouble anormal de voisinage

📕 l’article 1253 du code civil issu de la loi n°2024-346 du 15 avril 2024 consacre la responsabilité de plein droit du fait des troubles anormaux de voisinage   ⚖️ la responsabilité de droit signifie qu’il est inutile de prouver la faute du voisin. Dès lors que...

loi de finances 2024 : les principales mesures concernant les particuliers

🔹indexation et donc revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu et des seuils correspondants de 4,8 %🔹 chaque membre d’un couple soumis à imposition commune bénéficie d’un taux individualisé de prélèvement à la source 🔹prorogations des dispositifs de faveur et...

Droit à l’image de l’enfant et vie privée

En moyenne, un enfant apparaît sur 1 300 photographies publiées en ligne avant l’âge de 13 ans si on regroupe ses comptes propres, ceux de ses parents ou de ses proches. La publication sur les comptes des parents d'images, de vidéos relatives à leurs enfants, en...

L’obligation de démarches amiables avant un procès

 Tenter une démarche amiable avant d'engager un procès est une démarche quasi obligatoire imposée par loi sous peine d'irrecevabilité de la demande. 👉 la TMFPO : tentative de médiation familiale préalable obligatoire avant de saisir le juge aux affaires familiales si...

avocat-specialiste

121, cours d'Alsace et Lorraine, 33000 BORDEAUX

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

05 56 75 40 74 / kristell.compain-lecroisey@avocat.fr

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES