Lorsque deux partenaires non mariés achètent à leurs deux noms une maison ou un appartement qui est leur résidence principale, ce bien immobilier est qualifié de bien indivis. Au moment de la séparation, les partenaires vont bien souvent faire les comptes et l’un d’eux va réclamer à l’autre une somme d’argent aux motifs qu’il a réalisé des travaux dans le bien et donc apporté une plus-value ou qu’il a payé seul ou remboursé plus le crédit souscrit à deux.

Les juges estiment que l’activité personnelle de l’un des partenaires co-indivisaire ne peut pas être assimilée à une dépense d’amélioration ce qui signifie que le partenaire qui a passé ses soirées et ses week-ends à faire des travaux dans la maison ne peut pas demander une indemnisation de son travail au moment de la séparation. (1)

En cas de concubinage, si l’un a remboursé le crédit souscrit à deux et que l’autre a payé les courses alimentaires et les dépenses du quotidien, celui qui a payé le crédit ne peut pas davantage réclamer une créance au moment de la séparation car la participation des partenaires s’analyse en une contribution aux charges du ménage. En cas de différence de revenus entre les concubins, je vous conseille de ne pas acheter le bien immobilier à 50-50 mais de prévoir une répartition différente des quotes parts de propriété. Vous pouvez également conclure un contrat d’indivision ou un contrat précisant ce que chacun doit payer et les comptes au moment de la séparation. A défaut, le juge présumera que la volonté commune était de partager les dépenses de la vie courante sans reddition de compte et donc sans créance. (2)

En cas de PACS, le raisonnement est le même et ce d’autant que la loi prévoit que les partenaires s’engagent à une vie commune ainsi qu’à une aide matérielle et une assistance réciproque. Si les partenaires ne prévoient pas de clause particulière dans le contrat de PACS, l’aide matérielle est proportionnelle à leurs facultés respectives. Ainsi, si un partenaire pacsé a payé plus parce que ses revenus étaient plus importants, il ne pourra donc pas demander une indemnisation au moment de la séparation, sauf clause contraire dans le PACS ou sauf à prouver qu’il a surcontribué aux charges de la vie du couple. (3)

Ce qu’il faut retenir en conclusion c’est l’appréciation des juges qui assimilent de plus en plus le couple non marié au couple marié; les partenaires doivent donc anticiper les conséquences financières d’une séparation surtout au moment de l’achat en commun d’un bien immobilier.

Comment sortir d’une indivision ?

(1) Cass. 1ière Civ 28 mars 2006 n°04-10596; 13 juillet 2016 n°15-21985; 13 décembre 2017 n°16-27830

(2) Cass. 1ière Civ 13 janvier 2016 n°14-29746 ; 7 février 2018 n°17-13979 ; 2 septembre 2020 n°19-10477

(3) Cass. 1ière Civ. 27 janvier 2021 n°19-26140

 

 

 

Autres publications

PACS : choisir entre séparation de biens et indivision

💡 PACS :  quel régime choisir ? Le pacte civil de solidarité est un contrat conclu entre deux personnes physiques majeures, de sexe différent ou de même sexe , pour organiser leur vie commune. (articles 515-1 et suivants du code civil) En principe la déclaration du...

Trouble anormal de voisinage

📕 l’article 1253 du code civil issu de la loi n°2024-346 du 15 avril 2024 consacre la responsabilité de plein droit du fait des troubles anormaux de voisinage   ⚖️ la responsabilité de droit signifie qu’il est inutile de prouver la faute du voisin. Dès lors que...

loi de finances 2024 : les principales mesures concernant les particuliers

🔹indexation et donc revalorisation du barème de l’impôt sur le revenu et des seuils correspondants de 4,8 %🔹 chaque membre d’un couple soumis à imposition commune bénéficie d’un taux individualisé de prélèvement à la source 🔹prorogations des dispositifs de faveur et...

Droit à l’image de l’enfant et vie privée

En moyenne, un enfant apparaît sur 1 300 photographies publiées en ligne avant l’âge de 13 ans si on regroupe ses comptes propres, ceux de ses parents ou de ses proches. La publication sur les comptes des parents d'images, de vidéos relatives à leurs enfants, en...

L’obligation de démarches amiables avant un procès

 Tenter une démarche amiable avant d'engager un procès est une démarche quasi obligatoire imposée par loi sous peine d'irrecevabilité de la demande. 👉 la TMFPO : tentative de médiation familiale préalable obligatoire avant de saisir le juge aux affaires familiales si...

avocat-specialiste

2, rue Jean Bonnardel - Immeuble le Topaze Bât B, 33140 VILLENAVE D'ORNON

121, cours d'Alsace et Lorraine, 33000 BORDEAUX

05 56 75 40 74

PRENDRE RDV

EN LIGNE

PREMIEr CONTACT

15 MINUTES GRATUITES